[Revue de livre]: Livre de Avril

  • Titre : La magie du rangement
  • Auteure : Marie Kondo
  • Editions : First
  • 250 Pages
  • Prix conseillé : 17,95 euros (poche 6,95euros)

 

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous parle d’un livre qui m’a accompagné durant le mois d’Avril.

Je ne dirai pas que j’ai adoré ce livre, mais je ne l’ai pas détesté non plus.

Il a conforté certaines de mes intuitions et m’a donné envie de mettre en pratique certaines idées.

Cependant j’avoue avoir fini le livre en me disant…  « Ok et c’est tout ?! »

Vu les éloges  faites sur ce bouquin, je m’attendais à quelque chose qui allait révolutionner ma vision du rangement. Ce n’est pas vraiment le cas.

Peut être que je l’ai acheté trop tard…..peut être que j’avais lu d’autres livres avant (sur le rangement ou autre) qui m’avaient déjà aiguillé dans le sens des propos tenus dans cet ouvrage.

 

Pas besoin d’être psy pour réaliser que :

un intérieur encombré peut influer sur notre humeur et nos actions : est ce que vous avez remarqué que plus votre environnement est en désordre moins vous avez d’énergie ? Vous êtes plus fatigué, moins motivé, plus grognon, vous avez plus de difficulté à vous projeter dans l’avenir, plus enclin à la procrastination et l’apitoiement….

A contrario quand l’espace est rangé, ou au moins dégagé, on a l’impression d’être plus vif, motivé, l’énergie ne stagne plus, elle circule…

nous gardons parfois des choses qui peuvent véhiculer, par les souvenirs qu’ils raniment, de mauvaises énergies. Notamment le petit bric à brac ou les photos, des lettres… que nous conservons : par exemple, j’ai longtemps gardé un petit coquillage que j’avais récupéré sur une plage de Bretagne quand j’étais plus jeune, déjà parce que j’adore les coquillages, mais surtout parce que je voulais garder un souvenir de ces belles vacances.

Le problème c’est que (bien malgré lui !) ce coquillage ne véhiculait pas de bons

souvenirs pour moi, il était associé à l’été où ma mère a commencé à avoir des gros problèmes de santé (Assez gros pour qu’à l’époque, les adultes décident de m’éloigner pour pouvoir gérer la situation).

J’ai fini par m’en séparer (avec d’autres objets de ce style) et je me suis sentie plus légère, comme si je me libérais d’un poids. Cela ne veut pas dire que j’occulte les événements que j’ai vécu au travers de ces objets divers, juste que je me donne le droit d’aller de l’avant, en me libérant de leur influence négative.

certains objets sont le témoin de notre incapacité à nous affirmer…Vous savez ce bibelot en porcelaine tout moche que tatie Gertrude vous a offert ; vous le détestez mais vous n’osez pas vous en séparer, parce que Gertrude pourrait (peut être…potentiellement) être vexée.

Ne mentez pas, on a tous un objet comme ça! Moi la première.

Mais maintenant, j’essaye de distinguer deux cas de figure pour prendre une décision.

Il y a le cadeau « lambda », je dis lambda parce qu’il n’a de valeur que pour le message qu’il véhicule, la personne me démontre son affection (pour une fête ou une occasion particulière).

Dans ce cas là, j’accepte le cadeau, je remercie la personne pour ce présent, je le conserve  un peu et si vraiment je ne l’aime pas, je m’en sépare. (Il est bien évident que je ne vire pas tout les cadeaux que je reçois hein !!!)

Je devine ce que vous pensez !! « Wouaah c’est pas cool, on lui offre quelque chose et elle s’en débarrasse….. »

Je me sépare de l’objet…pas de l’affection et la gratitude que j’ai envers la personne.

Est-ce que je vais plus aimer la personne parce que je vais conserver quelque chose que je n’aime pas trop et qui prend la poussière et/ou de la place ? Non bien évidement !

Et vous de répliquer : « Oui mais c’est bien beau mais la personne pourrait se vexer ! »

Oui c’est possible, mais…

Et d’une, la personne a choisi de faire un cadeau, on ne l’a pas obligé.

Et de deux, comme le dit Marie Kondo dans le livre, l’objet a rempli sa mission….il a été la matérialisation de l’affection que me porte la personne.

Et de trois, j’ai envie de dire, une fois que le cadeau est offert il n’appartient plus à la personne qui l’a donné. Donc j’ai tout loisir de disposer de ce présent comme je l’entends.

Et toc !

Ensuite il y a le cadeau « précieux » qui a une grande valeur pour la personne qui l’offre.

Dans ce cas là, le cadeau n’est pas juste l’occasion de démontrer son affection comme avec le cadeau lambda, il se veut le témoin de la confiance que la personne peut ressentir pour vous, elle vous confie un de ces trésors, (peut être pour qu’il lui survive…).

Parce que dans ce cas précis, je  ne me vois pas me débarrasser du cadeau sans état d’âme, je pense que je prendrais mon courage à deux mains, et je refuserai le présent en usant de toute la diplomatie possible pour ne pas froisser la personne. (C’est trop….je ne peux pas accepter….).

Vous comprenez que ce thème est très  intéressant et mériterait un article à lui seul…je vais donc revenir au livre à proprement parlé.

Je pense qu’avant d’ouvrir cet ouvrage, il faut prendre en considération certains points importants, qui nous permettront d’appréhender au mieux, ce qui est expliqué dans ces pages.

Marie Kondo est japonaise, elle vit et décrit un mode de vie qui n’est pas le notre (occidentaux) :

  • Les logements ne sont pas les mêmes : beaucoup plus petits, le superflus doit donc être évité au maximum.
  • La mentalité et les croyances ne sont pas les mêmes : la spiritualité, les notions de respect et gratitude sont  presque ancrés dans le quotidien des gens ; que ce soit envers les personnes ou les objets.
  • La notion de l’esthétique…L’art du zen dans la déco (en occident, on aime afficher bibelots, photos et autres gadgets, afin de personnaliser notre intérieur…au japon la déco est souvent volontairement épurée. par soucis de place, on l’a vu plus haut mais aussi afin d’alléger visuellement l’espace et donc alléger l’esprit)

 

Bien sur mes propos ne doivent pas être pris pour une généralité. Je veux simplement dire que parfois en tant qu’occidental, ce que l’on va lire dans ce livre pourra nous étonner, et nous faire sourire.

L’exemple le plus flagrant, c’est quand l’auteure nous conseille de  remercier nos habits de nous avoir bien servi durant la journée (gratitude). Ou alors la propension de Marie Kondo à éliminer manu militari tout ce qui n’est pas absolument nécessaire (comme la déco, les souvenirs…Déco épurée).

Comme je l’ai dit durant la vidéo « favoris » du mois d’Avril (ICI), pour moi le titre n’est pas adapté. On devrait plutôt l’appeler « Le soulagement du tri par le vide ».

Parce qu’il est plus, question de cela, dans le livre ; même si on aborde de temps en temps des méthodes de rangement comme des pliages du linge.

 

Ce que j’ai aimé

« La magie du rangement » est un livre qui se laisse lire dans le sens où le style de rédaction n’est pas pompeux.

Il propose une étude intéressante de notre environnement, de notre interaction avec ce dernier et donc de l’impact qu’il peut avoir sur nous.

 

Etant sensible à la notion de gratitude (ceux qui me suivent depuis longtemps doivent le savoir maintenant ;P), j’ai beaucoup apprécié, l’idée, au premier abord saugrenue, de remercier ces possessions (habits, livres, maison….). Nous avons parfois (souvent) tendance à prendre ce que l’on a pour acquis, à ne pas y faire attention, à ne pas en prendre soin, à les critiquer…. Alors que dans l’ensemble…même si ces « choses » ne sont pas parfaites, elles ont le mérite, d’exister dans nos vies, de nous aider au quotidien.

Je ne dis pas qu’il faille faire une révérence à son sac à main tout les matins mais juste que l’on fasse plus attention à ce qui nous entoure.

 

Sans entrer dans le refrain du « c’était mieux avant », on peut quand même constater, qu’auparavant les gens ne possédaient pas tout ce que l’on a aujourd’hui. Ils prenaient plus soin de leurs affaires, tentaient de les réparer avant d’envisager de les remplacer.

Aujourd’hui avec notre société « kleenex », c’est l’abondance. Quelque chose nous plait, on l’achète, il est un peu abîmé, on le jette et on achète de nouveau…. accessoires, habits, l’électroménager, les téléphones….

Pas convaincus ? Combien d’entre vous raccommode encore ces chaussettes ?

Remercier les choses, c’est prendre conscience qu’ils sont là, c’est leur donner un peu d’importance.

 

Je m’intéresse depuis des années à l’énergie, aux chakras…Initiée au Reiki, j’ai découvert que chaque chose qui nous entoure « vibre » d’énergie (pour les plus cartésiens d’entre vous, sachez que les physiciens ont confirmé cette idée, depuis de nombreuses années)

Donc ce qui nous entoure peut vibrer positivement ou négativement, si on sait utiliser notre intuition, on arrive rapidement à ressentir la différence entre l’un et l’autre.

Marie Kondo propose pour ressentir l’objet de le prendre dans ses mains, même si elle ne l’explique pas de manière détaillée, c’est tout simplement dans le but de ressentir les énergies de l’objet.

Un objet va nous faire « vibrer » parce qu’il nous connecte à de bons souvenirs, ou un message important pour nous, parce qu’il est bon pour nous (livre, pierre, nourriture)

Il m’arrive de choisir mes fruits et légumes comme cela…si un jour vous croisez une personne parcourant le rayon fruits et légumes, une main levée au dessus des étals …c’est moi !!  Je fais parfois de même avec mes livres, les pierres (lithothérapie)…

Et inversement, si un objet ne vous inspire rien, c’est qu’il a « rempli sa mission » auprès de vous, il n’a plus rien à vous apporter, ou qu’il véhicule comme on l’a vu plus haut des énergies un peu négatives.

 

Nos mains sont des antennes réceptrices (et émettrices)  géniales, il faut apprendre à s’en servir, pour choisir les objets qui entreront dans notre vie et nous accompagnerons pendant un temps. J’aime l’idée de l’auteur, de chercher à s’entourer d’objets qui nous mettent en joie. Et d’éliminer du même coup, tout ce qui n’a plus d’intérêt dans son parcours.

 

Ce que j’ai vraiment aimé dans ce livre et c’est expliqué à demi mots par l’auteur, c’est qu’au travers de ce processus de rangement, on part à la découverte de soi…de son histoire, de nos peurs, de notre évolution, de nos aspirations.

 

Ce que je n’ai pas aimé

 

Marie Kondo, parle de jeter les affaires dont on ne veut plus, pas de les donner, ou les vendre, non « jeter » ! Parce qu’elle part du principe que de donner, déplace le problème plutôt que le régler.

Personnellement, je trouve dommage de jeter, du matériel (électroménager, livres, vêtements…) encore en état qui pourrait combler quelqu’un d’autre.

Je pars du principe que la personne est assez grande pour savoir si les objets que je propose (don ou vente) lui seront vraiment utiles ou pas.

Nous vivons dans une société où certains croulent sous les possessions et d’autre peinent à survivre.  Si au lieu d’alimenter ce système de consommation à outrance, on essayait des méthodes alternatives : donner, recycler (customiser les vêtements notamment, un pantalon est abimer, on en fait un short…) ou éventuellement vendre d’occasion ?

 

L’auteure exclue la possibilité d’avoir des « au cas où » parce qu’ils témoignent de notre peur de l’avenir. Même si je suis d’accord pour les cas extrêmes (genre 30 brosses à dents, 50 rouleaux de papier toilettes..) je suis de ceux qui pensent qu’avoir un « back up » modéré et réfléchi, est signe de prévoyance et d’organisation et non de peur incontrôlée.

Comme dans tout, il faut de la nuance.

 

Il faut faire attention lors du tri de ses papiers, car l’auteure est assez expéditive avec la paperasse…je ne sais pas pour les autres pays mais en France, il y a beaucoup de papiers à conserver à plus où moins long terme (je prévois de vous faire un article là-dessus prochainement je vous mettrai le lien ici).

L’éditeur a d’ailleurs, mi une note pour inviter le lecteur à la modération à ce sujet et à se référer aux procédures administratives de son pays.

Donc ayez la main légère lorsque vous allez attaquer la pile de papier qui traine au coin de votre bureau (vous savez !! ce tas de « il faut que je m’en occupe » …  )

 

Enfin pour finir, même si les propos sont intéressants, ils sont souvent…trop…répétitifs.

Le livre fait 250 pages, il mériterait un petit (gros) régime pour aller à l’essentiel ;P

Si je devais faire ma vilaine mégère, je dirais qu’un livre de 50 pages aurait était amplement suffisant. Mais je suis mal placée pour parler de concision, vu que je suis une vraie pipelette tant à l’oral qu’à l’écrit.

 

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille le format poche.

Mes objections et appréciations, sont les reflets de mon parcours. La manière dont je reçois un livre (celui-là et les autres) peut être complètement différente pour vous.

Alors ne vous abstenez pas de lire un ouvrage juste parce que j’aurai donné un avis mitigé.

Ces revues de livres sont finalement autant utiles à vous, afin de découvrir les idées générales ; qu’à moi, afin de découvrir ce qu’il m’a apporté.

 

En espérant vous avoir inspiré un peu…

Je vous dis à très bientôt…pour la suite, vous connaissez le refrain…et d’ici là, faites attention à vous !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

3 réflexions sur “[Revue de livre]: Livre de Avril

  1. Pingback: Favoris du mois: Avril 2016 | Fleur d'Esprit

  2. Bonsoir,

    Je me suis attaquée cette semaine au rangement de mon grenier, assez encombré ! par tout ce que je garde « on sait jamais ça peut servir » etc.etc.. et tout ces vieux souvenirs gardés dans des boites comme tu dis ! rapportés des vacances, de bons moments passés lors de rencontres, ou de soirée entre amis, ça fait du bien au moral ! 3 cartons entiers à la déchèterie !

    A bientôt.

    Date: Fri, 5 Aug 2016 17:33:54 +0000 To: gisele.burvingt@hotmail.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s