[Revue Livre]: Livre de Janvier

Bonjour tout le monde

Je vous retrouve aujourd’hui avec ma revue sur mon livre du mois de Janvier.

  • Titre :Faire le ménage chez soi, faire le ménage en soi. Et si le ménage était une thérapie ?
  • Auteur : Dominique Loreau
  • Édition : Poche Marabout
  • Prix conseillé :6,50 euros

 

Mon avis: bof bof, mais rassurez vous, je vais vous en dire un peu plus.

« Et si faire le ménage était une thérapie ? Par petites touches, trouver l’élan initial, créer la routine parfaite, savourer la précision du geste. Et enfin, se sentir en paix et en sécurité. À la manière d’un moine au temple, voici comment apprendre à entretenir son environnement afin de se réapproprier sa vie. »

Voilà ce que nous dit la quatrième de couverture. Je pense que le livre aurait du s’appeler « Parallèles de deux cultures » ou « Apologie de la culture du Zen au Japon » parce que c’est ce que fait l’auteur.

Tout le long du livre Mme Loreau, nous explique à quel point l’occident est matérialiste et décadent; et combien la culture nippone est parfaite. (je caricature à peine 🙂 )

J’ai eu du mal à finir ce livre, malgré le fait qu’il ne fasse que 237 pages et qu’il soit composé de petits paragraphes. J’ai trouvé le temps long. Et surtout mon livre a failli traverser mon salon à plusieurs reprises, tant ce que je lisais m’exaspérait, mais j’y reviendrai plus tard.

Vous l’aurez compris, je suis déçue par cet ouvrage. Je pensais trouver dans ce livre, ce que je savais ou sentais de manière instinctive : qu’effectivement l’intérieur de soi (son mental) et l’extérieur de soi (son environnement) sont liés. Qu’un esprit embrouillé, va très souvent avoir un environnement chaotique. Et par conséquent, faire le vide à l’extérieur permet de faire le vide dans sa tête. Je pensais trouver une démonstration, une explication, des mots pour décrire mes ressentis. Je pensais trouver comme l’indique la couverture un plan de bataille clair pour attaquer le ménage en sifflotant joyeusement (un plan d’organisation, des to do list, des conseils).

Si vous vous intéressez à la culture japonaise, au concept du zen, au déroulement d’une journée d’un moine dans un temple, au culte des serviettes au Japon (et ainsi savoir la différence entre la tenugui, la fukin, le hataki) , ce livre est fait pour vous.

Par contre, si vous voulez quelque chose qui vous aide à, je cite « trouver l’élan initial, créer la routine parfaite », ce livre n’est à mon avis pas le plus adapté.

Après avoir vu brièvement le fond, abordons maintenant la forme. Je suis loin d’être une référence littéraire (je suis déjà fière de moi quand j’arrive à aligner deux phrases sans faire de fautes) mais je trouve que le livre est mal construit et les propos abordés sont souvent répétés de manières excessives. Méritait-il 237 pages? on peut légitimement se poser la question.

En fait je vais être un peu dure, il n’y a que 57 pages potentiellement utiles et concrètes pour « créer la routine parfaite ». L’auteur y aborde des conseils concrets sur l’organisation, sur les produits essentiels, elle apporte des conseils. Pour le reste……joker.

Maintenant je vais revenir sur quelque chose qui m’a beaucoup embêté durant ma lecture et qui a parfois failli couter la vie de ce pauvre livre qui n’avait rien demandé (les fameux lancés de bouquins à travers la pièce dont je parlais au début)

Une chose est sure Mme Loreau à une vision de la femme assez….. euh…….. je vais dire « nostalgique » pour ne pas être plus dure et employer le mot de rétrograde.

Parce que voyez-vous, m’ssieurs,dames, la place de la femme est à la maison….pour s’occuper des marmots et du logis. C’est son rôle, un point c’est tout ! Et c’est le fait de se soustraire à cette mission de vie qui fait de nous mesdames, des névrosées, insatisfaites chroniques, obnubilées par des choses futiles. (Bon vous l’aurez compris, je caricature un peu mais pas autant que vous le penseriez).

L’auteur nous démontre donc que la femme parfaite ne se demande pas si c’est à elle, à son mari, à ses enfants, à la femme de ménage, de s’occuper de son intérieur, elle le fait »  voilà ! Alors ces propos exacts sont que la femme japonaise ne se demande pas…mais on comprend tout au long du livre que la culture japonaise est élevée au rang de modèle de perfection.

Ah et sachez mesdames que si vous avez recourt à une femme de ménage, vous n’êtes pas une femme accomplie, complète…Le fait de ne pas avoir un orgasme à l’idée de passer le balai ou d’épousseter votre intérieur, implique que vous vous éloignez de votre « rôle » de femme… et toc !

Pi en plus, j’vois pas pourquoi on bataille, Mme Loreau elle le dit : le cerveau de l’homme et de la femme y sont po pareils !!! naaaan ! La femme est faite pour le détail, pour la délicatesse, elle a un toucher gracieux, réparateur, apparemment parfait pour le ménage ; alors que l’homme a encore un cerveau de l’homo erectus fait pour la chasse et pour bâtir des tentes. On peut pas lutter les filles !!!

Enfin bon, tout ça pour dire que ce livre m’a donné le sentiment d’avoir dans les mains un croisement entre un manuel de la femme=ménagère parfaite des années 50 et le journal de bord d’un moine Zen dans son temple.

Vous comprendrez donc que je ne vous le recommande pas mais vous savez ce que l’on dit…les gouts et les couleurs……..

A très bientôt

Publicités

7 réflexions sur “[Revue Livre]: Livre de Janvier

  1. Bonjour Céline, euh j’ai 62 ans et je peux te certifier que le ménage n’est pas mon but dans la vie, j’ai appris à faire vite et si possible bien, pour ne pas avoir à y revenir, les taches sont partagées avec le mari, il est par contre évident pour moi que l’harmonie de l’endroit ou l’on vit est essentiel, mais l’harmonie crée par soi même, et non copié à tout prix sur un effet de mode. Je te rassure, chez moi aussi certain livres ont souffert, hhiihih. Bisous

  2. Coucou Céline Je n’achéterais pas ce livre , non vraiment , tu ne m’as pas donné envie 😀 Mais , je suis heureuse que tu aies fait cette acquisition , car j’ai passé un bon moment avec ton article 😉 J’attends donc avec impatience ta prochaine lecture et l’article qui suivra ! Bisous ,à bientôt

    • ah ben flute
      tu veux pas savoir la différence entre la tenugui, la fukin, le hataki?!!! rooo fran tu loupes quelque chose hein ;P
      je rigole bien sur
      mon prochaine livre je l’ai lu deux fois pour bien l’intégrer.
      A bientot

  3. Pingback: [Revue de livre]: Livre de Février-Mars | Fleur d'Esprit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s