Octobre Rose et le cancer du sein (1/3)

Bonjour tout le monde

J’espère que vous allez bien. Je vous retrouve aujourd’hui avec un article qui me tient à cœur parce que la prévention est importante. Et comme je suis très bavarde mais ça vous le savez maintenant, il y a en tout 3 articles, pour que le contenu reste digeste. ;P

Il est évident que je vais parler de procédures qui seront valables en France mais je ne doute pas qu’il est des actions similaires dans votre pays, n’hésitez pas à questionner votre médecin, votre caisse d’assurance….

 

Octobre Rose ?

Cela fait maintenant plus de 20 ans que le mois d’octobre est associé à la campagne de mobilisation pour la lutte contre le cancer du sein.Pour être plus précise, cela fait 22 ans que la campagne « Octobre Rose » tente de sensibiliser les femmes (et les hommes, ne les oublions pas !!) à l’importance de la prévention dans la lutte contre le cancer du sein.

Cette action nait dans les pays anglophones à peu à peu voyageait à travers le monde pour arriver en France.

Au travers d’un certains nombres événements, cette campagne d’information tente d’augmenter le taux de participation des femmes âgées de 50 à 74 ans au dépistage, qui reste stable depuis plusieurs années.

Depuis la généralisation du programme de dépistage organisé en 2004, plus de 22 millions de mammographies ont été réalisées, soit en moyenne 2,45 millions pour 4,75 millions de femmes invitées par an (53 % de participation).

Le nombre de cancers du sein détectés chaque année est passé de 12 500 en 2004 à près de 18 000 en 2014, soit un tiers des cancers du sein diagnostiqués par an.

Il faut savoir que le cancer du sein est le cancer à la fois le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme en France. On considère qu’une femme sur huit y sera confrontée au cours de sa vie. Pourtant, s’il est détecté tôt, ce cancer peut être guéri dans 9 cas sur 10.

Nos armes pour lutter contre ce fléau ?

  • l’auto examen
  • l’examen clinique fait par un professionnel
  • le dépistage gratuit proposé par la Sécu (mammographie)

Mais nous en parlerons plus longuement plus tard.

 

Les différents niveaux de risques

Il y a deux principaux facteurs de risque de cancer du sein :

  • le fait d’être une femme : plus de 99% des cancers du sein touchent des femmes.Les hommes aussi peuvent en être atteints mais c’est beaucoup plus rare (moins de 1% )
  • l’âge : 80 % des cancers du sein touchent des personnes âgées de plus de 50 ans.

Remarque: D’autres éléments pourraient jouer un rôle dans l’apparition d’un cancer du sein mais ils ne justifient pour l’instant pas de modalités de dépistage particulières :

  • une densité mammaire importante après la ménopause ;
  • la prise de traitements hormonaux (pilule contraceptive, traitement de la ménopause) ;
  • le tabagisme, la consommation d’alcool, le surpoids ou l’obésité.

 

Nous ne sommes pas toutes logées à la même enseigne, on va parler de niveau de risque moyen si:

  • vous avez entre 50 et 74 ans
  • vous ne présentez aucune histoire personnelle ou familiale concernant cette maladie, ni symptôme pouvant évoquer un cancer du sein, votre niveau de risque est considéré comme « moyen ».

Vous faites partie du public cible du programme de dépistage organisé.Tous les deux ans, les femmes de 50 à 74 ans sont ainsi invitées à faire pratiquer une mammographie et un examen clinique chez un radiologue agréé. L’ensemble est pris en charge à 100% par l’assurance maladie, sans avance de frais.

Remarques : les éventuels examens complémentaires (échographie, IRM…) qui pourraient vous être prescrits, par exemple si vos seins sont très denses ou pour un contrôle, sont remboursés normalement, dans le cadre du parcours de soins. Si vous portez des prothèses mammaires, le manipulateur réalisera des clichés spécifiques.

Les mammographies jugées normales font l’objet d’une seconde lecture, assurée par un autre radiologue agréé.

Certaines femmes présentent une probabilité bien plus importante que la moyenne d’être atteintes d’un cancer du sein. On parle pour elles d’un niveau de risque « élevé ».

  • vous ou des membres de votre famille avez des antécédents de cancer du sein ou certaines anomalies du sein
  • vous avez été exposées à une irradiation thoracique à haute dose, notamment pour le traitement d’une maladie de Hodgkin.

Une surveillance spécifique vous sera proposée suivant votre situation et votre âge.Vous n’êtes alors pas concernée par le programme de dépistage organisé du cancer du sein, même si vous avez entre 50 et 74 ans.

Parlez-en avec votre médecin traitant : il déterminera avec vous votre niveau de risque et vous orientera vers la modalité de suivi la plus adaptée à votre situation. (Mammographie, échographie ou IRM, surveillance spécifiques…..)

Certaines prédispositions génétiques, notamment les mutations familiales BRCA 1 ou BRCA 2, exposent les femmes qui en sont porteuses à un risque dit « très élevé ».

Si votre médecin estime que vous pourriez être dans ce cas, il vous vous proposera de vous adresser à une consultation d’onco-génétique.Un spécialiste vous interrogera sur vos antécédents personnels et familiaux pour construire un « arbre généalogique » lui permettant d’évaluer la probabilité d’une prédisposition.

Au regard de l’ensemble des informations, il vous prescrira, ou non, un test génétique. Seul ce test permettra de déterminer avec certitude si vous présentez la mutation recherchée.Si votre niveau de risque de cancer du sein est effectivement « très élevé », vous serez prise en charge d’une façon spécifique, avec une surveillance clinique dès 20 ans et radiologique dès 30 ans. Vous n’êtes alors pas concernée par le programme de dépistage organisé du cancer du sein, même si vous avez entre 50 et 74 ans.

Dans certains cas, il se peut qu’une consultation d’oncogénétique soit également proposée à d’autres femmes de votre famille proche (filles, sœurs…).

Chaque situation est unique. C’est pourquoi, votre médecin traitant ou votre gynécologue déterminent les modalités de dépistage ou de suivi les mieux adaptées à votre cas.

On se retrouve dans l’article suivant pour savoir quel sont les outils de prévention que nous avons à notre disposition.

J’espère que ces articles vous seront utiles

A très bientôt

Publicités

4 réflexions sur “Octobre Rose et le cancer du sein (1/3)

  1. Pingback: Octobre rose: la prévention (2/3) | Fleur d'Esprit

  2. Pingback: Octobre rose: les centres de coordinations du dépistage | Fleur d'Esprit

  3. merci pour cette article, merci de parler de ce qui peut etre difficile pour dertaine femmes! ce serait tellement mieux si tout le monde prennait un peu de temps pour prendre soin de soi et de se sante. bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s