États d’âme d’un samedi soir en Février

C’est amusant de voir le paradoxe chez les gens qui nous entourent. D’un coté ils ne veulent pas savoir ce qui se passe dans ta vie, mais de l’autre, ils se permettent de te juger.

Au départ j’étais parti pour faire un simple statut sur mon facebook mais voyant que mon texte devient trop long j’ai décidé d’en faire un article sur mon blog.

Réflexion entendu lors d’une discussion aujourd’hui…..

« Ouai mais bon j’pense que c’est un peu dans ta tête, ces douleurs. Si tu faisais un peu d’effort tu n’aurais pas ces « problèmes ». Tu ferais pas un peu de cinéma pour en profiter un max? »

Ma réaction à ce genre de réflexion est toujours multiples, la peine, la colère, l’indignation ….. Parce que oui ce n’est pas la première fois que je l’entends. Elle a été dite, plus ou moins en ces mots, par des membres de ma famille ou des connaissances, sous entendu par certains personnels soignants (comme les radiologues ou des médecins remplaçants) et je ressens cela dans le regard de certains collègues parfois.

Comment ne pas être touché quand tu te rends compte que la personne en face de toi mets en doute, ta situation, ton état, tes ressentis. Pire qu’elle sous entend que tu ne fais aucun effort et que tu te complais dans cette situation. Comment peut-elle mettre en doute ce que je ressens dans mon corps, mes muscles, mes tendons, dans mes articulations ?

 

Elle ne voit pas que des efforts j’en fais tout les jours ! Juste en sortant de mon lit, en m’habillant (arf les chaussettes !!!), en prenant le chemin du travail, en restant assise 3h puis ensuite devoir me lever de ma chaise avec des douleurs tellement vives que j’ai besoin d’une canne pour me soutenir. En marchant, en faisant mes courses (et surtout en devant monter mon caddy au 1er étage), en nettoyant mon appart, en me baissant pour caresser mon chat…..des efforts j’en fais chaque jour, chaque minute, chaque seconde que pourrais je faire de plus ?

Ah mais c’est vrai, j’allais oublier la signification de « tu pourrais faire des efforts »pour certains….comprenez « tu pourrais maigrir… » C’est vrai que perdre qq kilos va réparer ma hanche et soigner les tendons de mon épaule hein !!! C’est bien connu

Qu’on se comprenne bien, je sais que j’ai une part active dans la résolution de mes « problèmes », je sais que le mental joue un rôle prépondérant dans la gestion de crises douloureuses/ inflammatoire (depuis le temps ! j’ai pu voir qu’une crise inflammatoire passait plus vite quand j’avais un mental de warrior et trainait quand j’avais le moral dans les chaussettes).

Je ne suis pas totalement débile, je sais que mon poids peut accentuer mes problèmes de dos et abimer peut être un peu plus vite mon semblant de hanche, mais je sais aussi que les crises inflammatoires ne vont pas disparaître , mes tendons de mon épaule ne vont pas se réparer , ma sacro-iliaque ne va pas se décoincer, simplement parce que j’aurai perdu du poids (et pour les adeptes du « faut se bouger »…faire le tour du pâté de maison ne va pas m’aider non plus…si ce n’est, a passer une journée couchée, collée à ma bouillotte, à cause des douleurs!)

Alors par pitié arrêtez de juger les gens sans savoir ce qu’ils vivent réellement. Arrêtez de vouloir imposer votre vision des choses. Ce qui marche pour vous, ne marchera peut être pas pour lui. Ayez conscience des mots que vous dites et de l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’autre.

Arrêtez de dénigrer l’autre, parce qu’il se plaint, peut être, un peu trop à votre gout. Parce que oui, il fait des efforts ; mais parfois il est fatigué et il a besoin d’un regard, d’une main sur l’épaule ou de mots d’encouragement. Il va les utiliser comme une bouée pour se maintenir à flot….juste le temps pour lui de reprendre son courage à deux mains, pour relever la tête.

Ce sont ces fameux moments que j’appelle mes instants caliméro. Parce que bien sur, que je les vis aussi. Je râle, je me plains, je gémis, je mets un statut sur facebook ;P et puis, je me donne un coup de pieds aux fesses et je me force à avancer parce que je n’ai pas le choix. (revenir en arrière n’est pas possible, rester à attendre n’est pas une option viable à mon sens.)

Quand je suis au travail, je prends l’ascenseur et juste avant que les portes s’ouvrent, j’accroche un sourire sur mon visage, je relève la tête, je respire à fond et j’avance d’un pas et je reproduis ça jusque au soir (redresser la tête, respirer un bon coup, avancer…comme un mantra que je répète dans ma tête)

Alors peut être que cette personne a raison finalement, je fais du cinéma……..je fais semblant que tout va bien, que je pète la forme même quand cela n’est pas le cas. Oui ! Je vous entends déjà me dire…..  « Mais pourquoi tu fais semblant, personne ne te le demande… »

Si ! Vous le demandez. Vous le demandez sans forcément vous en rendre compte d’ailleurs mais c’est un fait. Quand je dis « vous » j’englobe tout le monde par facilité rédactionnelle, mais cela ne concerne pas tout le monde, heureusement !

On en revient à ce que je disais en intro de cet article, vous n’avez pas envie de savoir que la personne à coté de vous, ne va pas bien. Vous n’avez pas envie d’entendre ses problèmes parce que, bien sur, les vôtres sont plus importants. Mais par contre vous êtes prompt à lancer une pique ou sortir un conseil pourri.

Vous nous imposez, ce faux semblant pour éviter des réflexions du genre…

  • « Ouai mais c’est dans ta tête, «
  • « Ya toujours un truc qui va pas chez toi »
  • « Hé ben tu feras pas une bonne vieille »
  • « Allez du nerf, faut se bouger »,
  • « C’est quand même pas la fin du monde »
  • « C’est bon tu n’as pas une maladie grave tu vas pas mourir dans une heure »
  • « Un peu de sport et tu iras bcp mieux »
  • « Quand on veut on peut »

Liste non exhaustives ;P

Pour ne pas entendre cela, je préfère dire que tout va bien. Et même quand certains un peu plus observateurs constatent que je ne suis « pas en forme », je minimise encore mon état pour ne pas m’attirer les foudres des donneurs de leçons qui ont les oreilles qui trainent.

Au-delà du fait que juger la personne en face de vous est injuste, il faut que vous réalisiez l’impact que peut avoir sur l’autre, ce genre de petites réflexions, en apparence anodines.

  • Comprenez vous qu’entendre « tu pourrais faire des efforts » quand tu en fais constamment, cela peut être rageant ?
  • Comprenez vous qu’entendre « quand on veut on peut », peut déstabiliser la personne qui le reçoit….quand elle sait que malgré toute la bonne volonté qu’elle mettra elle ne pourra pas le faire ou que si elle le fait…elle va le payer un peu plus tard avec des douleurs, des lumbagos ou autres blocages (ouai c’est du vécu !)
  • Comprenez vous qu’entendre « c’est quand même pas la fin du monde » peut atteindre profondément la personne, jusqu’à lui faire penser qu’elle est qu’une incapable, une bonne à rien….

En ce qui me concerne, je ne souhaite pas que les gens me regardent avec pitié….je ne suis pas la plus malheureuse. Je ne souhaite pas que l’on me traite comme si j’étais en sucre…

Juste que l’on prenne le temps de comprendre que quand je dis « non je ne peux pas » ce n’est pas par coquetterie, quand je suis en arrêt de travail, ce n’est pas par paresse. Je veux juste ne plus voir dans le regard de l’autre, ce jugement, cet étiquetage, ce calibrage

Elle est grosse + elle a une canne = c’est sa faute, elle pourrait faire des efforts

Elle a une canne + le lendemain, elle la plus = c’est du chiqué

Elle est encore en arrêt de travail = c’est une petite nature ou alors elle en profite

Juger l’autre c’est facile, c’est même un réflexe. On à tous l’œil vif, et on spécule vite sur ce que peut, être, faire, vouloir la personne en face. Pourtant on ne pourra jamais avoir une réelle compréhension de la vie de ces personnes tout simplement parce qu’on ne sait pas, par quoi elles sont passées, ce qu’elles vivent et ressentent sur le moment.

Je m’efforce au maximum, chaque jour d’avoir ce regard objectif sur l’autre. Même si il m’arrive d’être une bitch par moment (niark niark quand on me cherche on me trouve !). Les valeurs que m’ont inculqué mes parents et le fait qu’ils soient handicapés tout les deux m’ont peut être permis d’avoir cette vision des choses.

Mais je fais mon maximum malgré qq raté ;P pour ne pas cataloguer ou juger les gens trop vite. Et surtout je pense à ce que je vais dire à la personne avant de prononcer les mots.

Tout ça pour dire…un peu plus de bienveillance dans nos yeux et nos paroles ne ferait pas de mal en ce bas monde mes amis !

Merci de m’avoir suivi jusque là.

Bonne nuit/ journée

Publicités

25 réflexions sur “États d’âme d’un samedi soir en Février

  1. Comme je vous comprends … et comme je le sens aussi sur moi le regard des autres, sans parler des commentaires silencieux (les pires) ou pas
    A presque 50 ans j’arrive parfois à ne plus voir, ne plus entendre, ne plus sentir, mais cela me demande tellement d’énergie que ne n’utilise pas pour du positif… cela me fait enrager, surtout quand cela vient de proches ou pire de ma famille, une vraie souffrance.
    Je cumule comme vous douleurs multiples qui varient selon les jours mais qui s’intensifient hélas avec l’âge et un poids très « anormal » (depuis l’adolescence le poids!) et comme vous je lutte chaque jour en me disant le soir venu, « ça ira mieux demain » c’est parfois vrai, parfois c’est l’enfer… Mais tant pis pour les râleurs et donneurs de leçons je suis in-des-truc-ti-ble (en rêve) et revendique mon droit à vivre comme tout le monde, comme je l’entends et surtout comme je peux!
    Je vous envoie des wagons de bonne humeur à jeter à la g….. des indélicats de tous poils et je partage mon énergie avec vous!
    Je vous souhaite un très bon Dimanche.
    Je vous lis depuis pas mal de temps et j’en profite pour vous dire que j’aime beaucoup votre travail, le temps que vous prenez pour nous faire partager vos passions et vos techniques, soyez-en grandement remerciée.
    Chaleureusement,
    Ghislaine

    • bonjour Ghislaine,
      Tu peux me tutoyer, je suis ni lady gaga ni une vénérable mamie de 90 ans ;P
      merci pour ton message. Je savais en écrivant ce poste qu’il toucherait des personnes qui vivent les mêmes choses.
      Bonne semaine à toi (vous 🙂 )

  2. Bonjour Céline
    C’est la première fois que je t’écris, bien que je te suive depuis très longtemps et que j’aime ce que tu fais. Simplement pour te dire : si tu fais semblant c’est remarquablement bien imité, et là je parle de ta bonne humeur et le ton enjoué que tu prends lorsque tu fais tes vidéos, car on ne dirait pas à te voir que tu souffres autant. Alors, je te dis « chapeau ». NOUS on t’AIME. Continue à nous réjouir et surtout : bon courage et soignes-toi comme tu peux.
    Prisca

    • Bonjour Prisca
      merci pour ton 1er message ;P
      je ne fais pas semblant tout le temps bien heureusement et la bonne humeur est un de mes traits de caractère. mais il est vrai aussi que parfois quand je suis fatiguée, quand les douleurs sont plus vives….alors là je me force à coller ce sourire sur mon visage.
      Et surtout faire des videos j’aime cela alors automatiquement j’ai le smile.
      Encore merci pour ton message
      et bon debut de semaine
      a bientôt j’espère (de ce coté ou du coté crea)

  3. Coucou Céline,
    Quoi te dire d’autres que continue, malgré les jugements négatifs, avance chaque jours un peu plus, un pas après l’autre, un sourire après l’autre car il n’y a pas le choix, un petit instant caliméro et on repart … on fait tous la même chose à un moment où un autre …
    J’aime ta philosophie de vie, et dis toi bien que ceux qui jugent et critiquent ne valent pas la peine d’être écouté ou sont seulement maladroit quand ils s’expriment et essayent de te soutenir … ou bien encore préfèrent juger la vie des autres pour éviter de faire face à leur propre vie…
    Ne t’ attardes pas sur cela, avances chaque jour, souries chaque jour, gardes tes objectifs en tête et demain sera forcément meilleur.( Comme tu l’a si bien dit avec un moral de warrior les crises passent plus vites..)
    Je te souhaite un bon dimanche
    Biz
    Sophie

  4. Bonjour céline,
    Comme je te comprends,moi même en surpoids(115 kilos)j’entends réguliérement des remarques désobligeantes sur mon exces de poids des que j’ai mal dans mes jambes et au dos suite à plusieurs opérations.
    Pourquoi ne pourrait on pas nous aussi souffrir d’un mal sans que ce soit tout de suite associé à notre carrure?
    Courage céline,je te comprends et te fais de gros bisous
    sab

  5. Bonjour Céline
    Je n’ai pas la même prose que toi mais voilà que je me retrouve dans tes mots suis en arrêt depuis mai 2014 pour des douleurs dans les fessiers et dans le dos les différents dr que j ai vu ne trouvaient pas de traitement pour me soulager.
    Il a fallu que j attende un dr remplaçant qui m a envoyé voir un neurochirurgien. Opérée depuis le 16 janvier d un recalibrage lombaire mes douleurs on presque totalement disparues. J ai entendu les mêmes discours de la part de ma famille et des collègues de boulot. J espère que ca va aller mieux
    je suis de tout coeur avec toi si tu a besoin d en parler n hésite pas.
    Bises et bon dimanche
    CHRIS

  6. On ne peut malheureusement empêcher les imbéciles de dire des conneries … Qu’ils aillent au diable avec leurs propos irrespectueux. Le mieux c’est de les ignorer parce qu’à mon avis c’est la meilleure des réponses. Ces donneurs de leçons ne t’arrivent pas à la cheville. Parce toi, tu es courageuse.
    Je suis régulièrement tes vidéos, sur FB etc … et j’aime ce que tu fais. J’aime ta bonne humeur et tout ce que tu nous fait partager. Bien amicalement.
    Bonne journée !

  7. Bonjour Céline !

    Je suis tout à fait d accord avec toi. Les gens ont en général la fâcheuse tendance à juger trop vite et surtout à penser que ce qu ils pensent est forcement la verite. Je dis pas que ça ne m arrive jamais de porter un jugement mais suis plutôt du genre à ne pas le faire sans connaitre exactement les faits avant de d arriver à certaines conclusions ou du moins je me dis que certaines actions découlent sans doute de plusieurs probabilités. D ailleurs ca me vaut bien des désagréments parfois. Je finis par ne pas assez douter du comportement de certaines personnes et de leur bonne foi. Enfin bref.

    Tout ça pour te dire de tenir bon. Que, autant que possible, tes lutins sont là pour te soutenir. Et qu il parait que l un des plus beaux bonheurs est d en donner aux autres. Si c est vrai pour toi alors sache que tu nous en donnes énormément à ta manière et j espère sincèrement que cela te réjouis en retour. D ailleurs j en profite pour te remercier du mal que tu te donnes et de tous les efforts que tu fais pour nous!!!!

    Pleins de gros poutous et bonne fin de weekend à toi !!!!

    • bonjour Karyne
      merci pour ton message
      oui partager avec vous me donne du bonheur. Mais j’aime aussi mettre en mots, ce que je ressens parce que je sais que pas mal de mes abonnés vivent des choses similaires. Ça aide de savoir que l’on est pas seul…que la personne la bas elle vit la même chose et ressens la même chose. C’est ma manière de vous dire, que je chemine avec vous à vos cotés avec mes forces et mes faiblesses et pas devant comme bcp pensent. C’est une manière de me descendre du piédestal où certains m’ont mi. ;P
      bon début de semaine à toi

  8. Coucou, Céline
    Ayant vécu le même genre de situation que la tienne, (même si un cas n’est pas l’autre, j’aime beaucoup la formule « à chacun son pire ») je comprend et ressent chaque phrase que tu as écrite! J’espère que cela t’a fait du bien de te lâcher, de savoir que tu nous fait du bien en mettant des mots sur un mal être. En fait ma belle je te remercie en te lisant j’ai « volé » un peu de ton courage et cela me fait tant de bien. Biz

  9. Bonjour Céline
    Je viens de lire ton texte…Je suis sur l’autre continent et c’est le même problème….
    Pour ce qui est des crisses d’inflammation je ne sais pas les tiennes mais moi j’en ai découvert la provenance:
    les purines dans la viande rouge, les aliments acidifiants, le vin rouge et la plus grande cause suite a mes recherches est….je vous le donne en mille….
    Le stress…Eh! oui ca augmente l’acide lactique du corps qui crée de l’acidité qui crée des crises inflammatoire provocante: arthrite, arthrose, goutte….et toues ces foutu malaises qui nous bouffe la vie….ma réaction: couper le vin rouge, prendre l’air quand je peux, relaxer….apprendre a respirer aussi…et essayer de vivre le plus possible ma vrai nature d’artiste.
    Ensuite en me détacher de tous ces commentaire méchants….parce que moi aussi j’ai un problème de poids….j’ai même été jusqu’à me demandé ou j’irais pour répondre au attente des autre …opération, jusqu’à en mourir…..woooo… et la j’ai refuser tout ca…. j’ai décidé de vivre la vie de MON mieux….chacun son fardeaux non….
    Je veux te remercier aussi pour toutes tes créativités…tu est une très belle personnes concentre toi sur ceux qui apprécie ton existence…même s’il se trouve a l’autre bout du monde….rire J’espère que mes mots apaiseront tes maux les jours de nuages…..
    Merci,
    France

  10. Bonjour Galadrielle33. Que voilà un texte empli de sagesse! De mon côté, je m’efforce de mettre en pratique les non-jugements car comme vous l’avez bien décrit, non seulement on ne connait pas vraiment le parcours des personnes que l’on a en face de soi mais en plus les critiques plombent les relations à plus ou moins long terme. Sans compter qu’elles sont épuisantes non seulement pour l’interlocuteur et aussi pour le destinataire. Alors abstenons-nous de juger pour gagner plus de chemin vers la sérénité. 😉

  11. bonjour Céline Je n’ avais pas été sur fleur d’esprit depuis quelques temps …Je viens encore de passer une nuit difficile .Comme je te l’ avais dit il y a quelques mois , je suis aussi en arrêt de travail ( et c’est le médecin du travail qui m’a mise en incapacité ) mais cela n’empêche pas certaines personnes de douter ! Pourtant c’ est la première fois que je m’ arrête … J’ affiche toujours un sourire , j’essaye de rester positive , mais des fois on craque car personne ne peut savoir l’ intensité de nos douleurs . Mais que tout ailles bien ou mal , certaines personnes nous jugerons toujours . Ce n’ est pas facile de faire abstraction à ce genre de réflexions , mais tu sais , toi , le combat que tu mènes ! Bon courage Céline , je suis de tout coeur avec toi , j’ espère que tu vas aller mieux , je t’embrasse A bientôt

  12. Je me reconnais parfaitement dans les descriptions de tes douleurs inflammatoires. En ce qui concerne l’enfilage des chaussettes, j’ai depuis peu un enfile-chaussettes (acheté par correspondance) qui m’évite de nombreuses minutes de douleurs tous les matins. Auparavant je m’aidais avec une bouteille d’eau (vide!) coupée en deux. Si tu es intéressée par plus d’explications, dis le moi. Je te donnerais l’astuce avec plaisir. Bon courage.

      • Je n’avais pas vu ta réponse. Pardon. Heureusement que je suis repassée par là.
        Alors, tu coupes le bas et le haut de la bouteille pour ne garder que le corps. Fendre ce corps en 2 dans le sens de la hauteur. Enlever une bande pour réduire un peu la largeur de l’engin. Couper les angles en arrondi pour ne pas se blesser. On peut faire des trous pas trop près des bords et mettre une ficelle (facultatif).
        Enfiler l’objet dans et jusqu’au bout de la chaussette, mettre son petit peton dedans et faire glisser la bouteille pour l’enlever. C’est parfaitement efficace et économique pour quelqu’un qui n’en a qu’un usage occasionnel ou en dépannage lors de vacances…
        Il était dans mes projets d’en faire un tutoriel… mais je n’ai même pas encore réussi à reprendre mon blog… je te laisse donc le soin de le faire. En plus là c’est le bon moment, les chaussettes sont de retour !! Ici, en Provence, on ne les a pas encore mises mais cela va venir.
        Si mes explications sont « bizarres » dis-moi, ou si tu as besoin de photos aussi.
        Bisous

      • merci pour ces explications….c’est la seule chose que j’aime pas dans l’automne…c’est qu’on soit obligé de remettre de chaussette ;P
        ici les nuits sont plus fraiches sinon en journée ça va c’est pas la sibérie
        je vais voir comment je pourrais amener ce tuto sur la chaine. on m’a demandé de parler de mes prob de santé et je pensais parler de 2 ou 3 trucs qui me servent pas mal et notamment l’enfile chaussette que le popa nowel m’a offert ya qq années maintenant, je pourrais proposer le tuto a cette occasion….mais je ne pense pas l’aborder avant 2017 donc si l’envie te prend n’hésites pas….on peut en parler toutes les deux…j’ai déjà pensé à une mini variante lol
        encore merci à toi

  13. Coucou ! Moi aussi ce qui m’insupporte dans l’automne, c’est les chaussettes au pied… et le mouchoir sous le nez ! Sinon j’aime bien l’automne. C’est juste la fin de l’été et sa « coolitude » qui m’attriste. Pour le tuto, je ne crois pas être capable de le faire avant toi. Je suis en ce moment très fatiguée et avec une tonne de choses urgentes et pas plaisantes à faire. Au cas où, je te tiens au courant.
    A +

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s