Instant d’une vie

Il y a quelques jours, j’ai vu un reportage qui parlait de la bombe « little boy » qui fut larguée par l’avion nommé « Enola Gay ». Un certains nombres d’entre vous savent de quoi je parle, d’autre au contraire n’ont pas la moindre idée de quoi il s’agit. Si je vous dis les mots, bombe atomique, si je vous dis Hiroshima peut être que là vous comprenez de quoi je parle.

Suite à ce reportage j’ai eu des brides de poèmes qui me venait en tête, j’ai laissé aller ce flot de mots, et voici ce qui en est ressorti. Dans le reportage, il y a eu plusieurs témoignages de survivant, j’ai pris l’histoire d’une des victimes pour faire ce texte.

Je me suis levée ce matin, comme d’habitude
Comme avant, et pourtant………
Le soleil brille, comme souvent
Comme avant, et pourtant……..
Mes enfants jouent dans la rue, comme d’habitude
Comme avant et pourtant………
Mon mari me souris de l’autre coté de la table comme hier
Comme avant, et pourtant……..

Ma vie aurait pu être un conte de fées
Ce genre d’histoire qui commence par « il était une fois »
Et finis par « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »
Et pourtant……..

Mais mon histoire ne se terminera jamais comme ça
Non, mon histoire se termina, un matin ensoleillé
Le 6 Août 1945 à 8h15 pour être exact.
C’est l’instant précis où ma vie a basculé
Où je suis passée du beau conte de fée au cauchemar le plus horrible.

Le soleil, les oiseaux, les rires et puis plus rien
Rien qu’une lumière éblouissante, une chaleur insoutenable et le noir
Tellement de noir.
Que c’est-il passait ?
Où sont mes enfants, mon mari ?
Suis-je blessée ? Je ne sais pas, je ne sais plus
Oh mon dieu !!!! Où suis- je ?
J’arrive à sortir du tas de débris qui fut un jour ma maison
Que ce passe–t-il, je ne vois rien, rien que des flammes, rien que des décombres
Là où se tenait une ville, il n’y a que mort et désolation
Que c’est-il passé ?
Pourquoi ? Qu’avons-nous fait pour devoir supporter ça ?
J’ai mal, tellement mal !!

Mais où sont mes enfants, où est mon mari ?
Il faut que je les trouve
Mais j’ai mal, chaque geste est une torture
Je cris mais personne n’entend, j’appelle mais personne ne répond
Mon dieu donnait moi la force
Enfin, je le vois, mon mari est là
Il sort des gravas, il est blessé ? Je ne sais pas
Où sont mes enfants ?il faut que je les trouve
Je les ai entendu, non je n’ai pas rêvé, je les entends
Ils m’appellent, il faut que je les trouve
Ils sont bloqués, il faut que je les aide
Mais je ne suis pas assez forte, comment faire ?
Mon dieu ! Vous m’avez rendu mon mari, ne m’enlevez pas mes enfants
Aidez-moi !!! Le feu gagne du terrain et mes enfants sont bloqués
Aidez- moi !! Donnez moi la force, donnez moi le courage
Mon dieu !!Mes enfants je les entends m’appeler, je les entends crier
Mon dieu, arrêtez leur cris, faite que tout s’arrête

Je n’ai pas été capable de me battre pour mes enfants,
Je ne mérite plus de vivre
Quoi faire de ma vie, à quoi peut elle encore servir.
Mes enfants sont morts, je le sais,
Les flammes dévorent le reste de ma maison
Il faut partir, je ne peux pas rester ici
On marche pendant des heures
On marche sans savoir où aller
On marche pour fuir ce cauchemar
Fuir ces visions d’horreur
D’hommes ou de femmes, d’enfants brûlés, qui marchent comme nous tels des zombies, sans but
J’ai mal et j’ai tellement mal
Mal dans mon corps mais dans mon âme aussi

Je ne sais pas ce qui c’est passé, on a marché et marché et des gens nous ont trouvé
Je suis dans une grande pièce entouré de plein de gens, fantômes noircis,ombres immobiles sur un lit
Mon mari est à coté de moi, il n’est pas bien
Les médecins s’agitent autour mais il n’y a aucun espoir
Moi je sais ce qui lui arrive, c’est la punition divine
Dieu estime que je ne mérite pas l’amour d’un mari
J’ai tout perdu, à quoi me sert encore de vivre ou survivre

Que c’est-il passé, pourquoi tout cela arrive
J’étais une femme au foyer, avec deux beaux enfants et un mari
Pourquoi sont-ils morts ?
Etions-nous si dangereux ?
Notre mort a –t-elle apporté quelque chose ?
Je ne sais pas, je ne saurais jamais
Je vais mourir,
Je le sais,
Je le veux

Céline – Aout 2005

Publicités

Une réflexion sur “Instant d’une vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s